Mots-clefs

, , , , , , , , , ,

Image
Le 11 juin au pavillon dauphine , la CMI-FNAIM fêtera ces 100 ans d’engagement syndical pour l’un des plus beaux métiers du monde 

C’est dans une salle de restaurant – (comme la Lloyd’s de Londres, la prestigieuse association d’assureurs maritimes !) – que l’ancêtre de la CMI a vu le jour le 2 décembre 1913….
Ce soir là, « La Chope d’Alsace » accueille, dans ses salons du 137 boulevard de Sébastopol à Paris, une poignée de professionnels de la vente de fonds de commerces, spécialistes passionnés par leurs métiers et tous habités du désir d’organiser une activité qui dépasse le simple enjeu économique pour représenter déjà une composante essentielle de l’équilibre sociologique des quartiers. Un Président de séance est désigné pour mener les débats et faire aboutir les échanges empreints d’une passion fébrile. Plusieurs tours de scrutin sont nécessaires pour voir naître « La Chambre Syndicale des Mandataires en Vente de Fonds de Commerce ».

Dans le même mouvement, un Conseil d’Administration est constitué avec pour première mission d’élire un Président. Le choix se fixera sur Monsieur Augier, homme estimé et respecté, qui s’engage à faire évoluer les pratiques et donc le droit. Les Affiches Parisiennes, célèbre Bulletin d’Annonces Légales, publient l’acte de naissance de celle que tout le monde appelle « La Chambre des Mandataires », forte de 65 adhérents en exercice, qui adopteront quelques mois plus tard des statuts novateurs.

Tous les ingrédients modernes se trouvent réunis : la représentativité, la démocratie, l’éthique, les contrôles internes, les procédures disciplinaires, la défense de la profession ou encore l’accès aux métiers, consacrés dès la première Assemblée Générale du printemps 1914.
En participant au développement de toutes les activités du commerce, de l’artisanat et de l’industrie, en côtoyant les propriétaires de l’immobilier professionnel et, en particulier, les investisseurs institutionnels, les mandataires en vente de fonds de commerce accèdent aux racines du pouvoir économique et politique de l’époque.

Le 4 février 1946, les professionnels de la transaction immobilière, aiguillonnés par la période de reconstruction du pays dévasté par guerre, prennent pour modèle la Chambre des Mandataires pour créer la « Fédération Nationale des Agents Immobiliers », devenue depuis la « Fédération Nationale de l’Immobilier » (FNAIM). La Chambre des Mandataires est le fer de lance de cette création à laquelle adhèrent vingt autres syndicats régionaux. En 1982, elle devient la « Chambre FNAIM des Conseils en Transactions Commerciales », en abrégé COTRAC, la référence francilienne d’un syndicat national.

Première Chambre de la FNAIM au plan économique
Au cours de ces – presque – 100 années d’existence, et faisant preuve d’une remarquable stabilité, la Chambre des Mandataires n’a connu que sept Présidents : Jacques AUGIER, Président fondateur, Henri VIGNON (1936), Marcel GHIGLIONE (1968), Alexandre TEXIER, (1978), Jean-Pierre PILORGE (1980), Alain GILBERT (1995) et Didier CAMANDONA, depuis 2009. Dès le début de sa Présidence, Didier CAMANDONA propose de prendre le changer le nom de la COTRAC en celui de Chambre des Métiers de l’Immobilier, en abrégé CMI, plus représentatif car conforme aux différentes compétences qui la compose désormais : agent immobilier, administrateur de biens, syndic de copropriété, conseil en immobilier d’entreprise, conseil en gestion de patrimoine, etc. Signe des temps, les mandataires en vente de fonds de commerce ne représentant plus qu’une part très minoritaire des adhérents, en ce début du 21ème siècle.

Espace de dévouement syndical et de convivialité, la CMI regroupe en son sein les plus grandes enseignes de la profession. C’est pourquoi elle est la première Chambre Syndicale de la FNAIM en montant de garanties financières délivrées par les sociétés de caution mutuelle et principalement la CGAIM (Caisse de Garantie de l’Immobilier), fille historique de la Fédération. Elle en retire une représentativité incontestée et une implication originale dans la vie de la Cité. Grâce à ses deux grandes branches d’activité, habitation et entreprise, elle associe responsabilités sociétales et économiques, gage d’équilibre et de pondération dans les interventions privées comme publiques.

Enfin, par une loyauté sans faille vis-à-vis de la Fédération Nationale, la CMI rassemble les énergies pour se placer comme une force de propositions et donner un sens à l’avenir. Les différentes Commissions spécialisées de la CMI, animées par des adhérents bénévoles, alimentent régulièrement la réflexion des instances professionnelles et politiques pour plus de professionnalisme, de transparence, une meilleure information des consommateurs ou encore la reconnaissance d’une action originale au service de la collectivité. Des actions de formation, nombreuses et diversifiées en direction des jeunes, traduisent le besoin de transmettre une vocation pour des métiers de services qui évoluent sans cesse vers plus d’exigence dans un univers en constante mutation.

Vous pouvez encore vous inscrire pour y participer , sinon nous rediffuserons les meilleurs moments ….c’est à dire Tous !

Publicités