Image

 » Cela faisait quelques jours déjà que la plume me démangeait… L’envie irrépressible de répondre à cette question que l’on me sert plusieurs fois par jour : « Hey Richard, ça va comment le marché à Paris ? A ton avis, ça va baisser ou ça va monter ? ». J’avais très envie de vous livrer mon sentiment sur la situation actuelle de l’immobilier à PARIS.

Ces propos n’engagent que moi bien entendu, et ne reflètent qu’une situation née de nos propres expériences au sein du groupe. Pour tenter d’y répondre, commençons par définir ce qu’est « le marché ».

LE MARCHÉ : il n’y a pas UN marché à PARIS mais des centaines de marchés !
Arrêtons donc de ne parler que « du marché de l’immobilier ». Celui des moins de 40 m² dans le 6ème arrondissement n’est pas du tout le même que celui des 150m² dans le 16ème arrondissement. Donc par pitié, stop. Soyons précis, à tout le moins essayons de l’être et d’affiner un peu. Je ne vous parle même pas des sottises qu’on peut lire ici ou là sur « le marché de l’immobilier en France » car là, je saute au plafond… Pour Paris, je vais tenter de synthétiser.

LE PRIX : il n’y a pas UN prix mais DES prix pour un même appartement à PARIS.
Il est extrêmement important d’intégrer dans l’équation ce que nous appelons « l’offre concurrente », c’est à dire l’état des lieux de ce que l’acheteur peut visiter au même moment, ce qui est disponible à la vente, à budget équivalent. Si vous êtes le seul appartement à vendre de 150 m² avec 3 chambres et 2 salles de bains dans l’arrondissement, votre appartement « sur-côte », il se vendra extrêmement cher. Si à l’inverse 25 autres appartements sont comparables et en vente simultanément, nous revenons à la règle primaire du prix par surface. Ce critère est selon nous très important en ce moment.

LES GRANDS APPARTEMENTS : entendons-nous préalablement sur la définition de « grand »: plus de 200 m².
Encore une fois, la sempiternelle règle de l’emplacement. Dans le 7ème par exemple, nous manquons cruellement de ce genre d’appartement à la vente alors que la demande de nos clients à l’achat est forte voire même très forte. Cette carence entraine des prix élevés mais compris et acceptés par les acheteurs. Il en va de même dans le 6ème et le 5ème. Retirez des listes les étages bas, mal exposés, bruyants ou à rénover entièrement et vous comprendrez la difficulté de trouver chaussure à votre pied. Vous êtes vendeurs de ce type de bien ? Foncez, c’est le bon moment ! La demande est forte. La demande est majoritairement internationale.

LES PETITS APPARTEMENTS : entre 20 et 50 m².
Dans nos arrondissements de prédilection, nous constatons un marché qui demeure assez fluide. Pour le peu que vous soyez au dessus du 2ème étage dans une jolie copropriété avec un ascenseur, nous vendons sans trop de difficulté. Certes les délais se sont un peu allongés, mais si le « pricing » est bon, pas de soucis. N’essayez pas de vendre un premier étage au prix d’un cinquième avec ascenseur et tout se passera bien. Vous êtes acheteurs de ce type de biens ? Si la visite vous a plu, ne traînez pas, faites une offre et entrez en discussion. Vous passerez sinon à côté dans plus de 50% des cas. La demande est Française, mais aussi internationale.

LES HÔTELS PARTICULIERS : Paris, Neuilly et toute proche banlieue Ouest.
Là ça se complique un peu. Nous voyons de tout, et constatons un certain manque de logique. De véritables bijoux à des prix raisonnables sont proposés et ne trouvent pas preneur. D’autres pouvant sembler moins attractifs se vendent assez vite. Pour résumer, si vous avez un jardin de plus de 200m², que vous ne dépassez pas les 3 niveaux d’étages et que l’état général est bon, nous vendons. Les « maisons de ville » sans espace extérieur, les maisons trop atypiques sont plus difficiles à céder en ce moment. Le « classique » rassure. La demande est internationale.

LES IMMEUBLES ENTIERS : de bureau et/ou résidentiels.
Nous constatons une très forte demande, en provenance de fonds d’investissements de toutes nationalités mais aussi de particuliers investisseurs. Nous manquons de biens à proposer à nos acheteurs. Les prix sont élevés.

LES HÔTELS DE COMMERCE : de 2 à 5 étoiles.
Pénurie d’affaires à proposer aux acheteurs ! Nous recherchons en permanence des hôtels murs et fonds à vendre dans Paris. Vous êtes propriétaire d’un établissement de plus de 30 chambres : appelez nous d’urgence !

LES LOCATIONS : du studio au 10 pièces.
Le marché locatif en général se porte bien. Les petites surfaces à moins de 1500 Euros par mois sont très recherchées. Nous souffrons cependant d’un manque de grands appartements à proposer à nos clients. La demande est forte et constante sur les 4 chambres et plus dans les bons arrondissements de Paris. Vous êtes propriétaire de ce type d’appartement et avez du mal à le vendre ? Confiez-le nous en location ! 

Voilà pour l’état des lieux de notre quotidien immobilier en ce début d’été…. « 

Richard Bellanger
EMPORIO ESTATE GROUP
Haussmann Prestige Paris

01.47.03.66.00

Publicités