Étiquettes

, , , , , ,

Image

Aujourd’hui , 10 avril 2014, la TVA fête ses soixante ans. La fiscalité n’est jamais populaire en France. Il n’est pas dit que cet anniversaire soit commémoré à la hauteur de l’événement que constitua l’instauration de cette taxe sur la valeur ajoutée. Née de l’intelligence hors normes de Maurice Lauré, cette invention française a ensuite été adoptée dans le monde entier, par 153 pays sur les 183 reconnus par l’ONU. Elle continue d’apparaître comme une réponse moderne aux défis nouveaux posés à nos dirigeants politiques. Ne parle-t-on pas désormais de TVA sociale, ou de TVA européenne ? Au 1er janvier dernier, le taux de la taxe en France est passé à 20%. Mais se souvient-on qu’à sa création, il était déjà de 16,8%, avec un taux réduit de 7,5% pour les matières premières et les denrées de première nécessité ? On lui reproche de ne pas être redistributive malgré les taux différenciés, mais tel n’est pas son rôle ; en revanche d’autres impôts le  sont fortement.

Cet article est le septième d’une série de contributions de Denys Brunel, auteur de l’essai paru en 2012 : « la TVA, invention française,révolution mondiale, l’aventure de Maurice Lauré *». L’auteur est aussi président de la Chambre des Propriétaires, mais s’il prend ici la plume, c’est en tant qu’ancien plus proche collaborateur du père de la TVA.

L’abbé Pierre appelle à l’insurrection de la bonté

Le 1er février, l’abbé Pierre lance, sur Radio Luxembourg (RTL), un appel à la solidarité qui s’encrera dans la mémoire collective. L’hiver 54, particulièrement rigoureux révèle la nécessité de porter secours aux plus démunis et l’abbé Pierre appelle ce jour-là à l’insurrection de la bonté, invitant tous les foyers français à ouvrir leur porte aux sans-logis, à faire don de couvertures, de nourriture. La France se mobilise dans un immense élan de solidarité.

L’armée française capitule à Diên Biên Phu 

Le 7 mai marque la défaite et la capitulation de l’armée française face aux Viet Minh à l’issue de la bataille de Diên Biên Phu, qui fut la plus longue et la plus meurtrière de l’après Seconde Guerre mondiale. Le camp retranché français aura résisté durant cinquante-sept jours. Et la guerre d’Indochine aura duré huit ans. Les accords de Genève, signés le 21 juillet, mettront fin à la guerre d’Indochine et à l’Indochine française, laissant le territoire vietnamien divisé en deux zones, Nord et Sud.

Mendes-France est nommé Président du Conseil

Le 18 juin, tandis que la IV République vacille, notamment en raison des troubles causés par la décolonisation, René Cotty nomme Mendès-France Président du Conseil. Quelques mois plus tard cependant, ses tentatives de réformes en Algérie entraineront la chute de son gouvernement et sa démission en février 1955.

Mendes-France prononce le discours de Carthage

La Tunisie se trouve aux prises depuis plusieurs années avec des émeutes nationalistes et des attentats meurtriers.

Le 31 juillet, Pierre Mendes-France, prononce à Carthage un discours fraternel qui vise à apaiser les tensions en proposant d’instaurer dans le pays une autonomie interne. Des accords signés entre le ministre tunisien Tahar ben Hammar et Edgar Faure entérineront cette proposition.

La guerre d’Algérie débute

Le 1er novembre, le FNL déclenche une insurrection armée contre la France, métropole de l’Algérie depuis 1830. Celle-ci signe le début d’une guerre qui entraînera de graves crises politiques en France ayant pour conséquences la chute de la Quatrième République et le retour de Charles de Gaulle au pouvoir.

Et… la loi qui instaure la TVA est votée 

C’est dans un contexte difficile, marqué par des vagues de mécontentements suscités par la réorganisation du contrôle fiscal, que Maurice Lauré, alors haut fonctionnaire des finances invente la TVA dont il exposera le fonctionnement dans un livre paru en 1952 et intitulé « La taxe sur la valeur ajoutée ». L’invention est révolutionnaire et vaudra à Lauré d’être qualifié par Raymond Aron de « prince de l’esprit ». A l’issu de discussions houleuses à l’Assemblée Nationale, le texte portant sur la TVA et reprenant fidèlement les idées développées dans le livre fondateur, est adopté le 10 avril.

Cet impôt bouleversera la fiscalité de la France et celle de nombreux pays qui l’ont depuis adoptée. La TVA sera un élément moteur de ce que l’on appellera plus tard les « Trente Glorieuses ».

Publicités