Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , , ,

Les notaires, la FNAIM et quelques grands réseaux d’agents immobiliers ont publié leurs chiffres sur l’évolution des marchés du logement en France (2014 vs 2013) : nombre de ventes, prix au plan national, régional ou local. A défaut d’étalon-or, ce sont autant d’instruments de mesures utiles au suivi des marchés.

Pourquoi existe-t-il plusieurs chiffres pour un même marché, avec les différences inévitables que la pluralité engendre ? Car aucune statistique relative au marché des logements existants ne provient d’un comptage intégral des ventes. Toutes procèdent, en effet, d’une modélisation à partir d’un nombre de données plus ou moins important.

Les statistiques INSEE-Notaires, compte tenu des délais de remontée et de traitement des sources, sont les dernières publiées. Les autres statistiques sont élaborées à partir des avant-contrats signés par les organismes (FNAIM et/ou réseaux), ce qui permet plus de réactivité mais entraine de fait une certaine volatilité. Leur degré de fiabilité dépend en grande partie du nombre de données sur lesquelles elles sont basées.

Au-delà de leurs différences, ces statistiques s’avèrent indispensables pour suivre au plus près l’évolution des marchés. Et globalement, elles remplissent bien leur mission, comme le montrent les tableaux ci-dessous : les écarts sont finalement minimes et les grandes tendances parfaitement dessinées.

GALIVEL 1

GALIVEL2

GALIVEL3

GALIVEL4

GALIVEL5

Source : Galivel & Associés – Carol Galivel / Pascale Pradère –

Publicités